Les forums du Sanctum

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  
Pages: [1] 2   En bas

Auteur Sujet: [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures  (Lu 4677 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« le: 28 Septembre 2006 à 12:01:06 »

Il en existe de très bonnes un peu partout, mais je vous propose ici de donner vos définitions des thèmes suivants :

La science fiction
En général, on ne rentrera pas dans le détail du space opéra, de la hard fiction, cyberpunk et autre sous-groupe. La SF c'est quoi.

La Fantasy
Même principe, la Fantasy c'est quoi pour vous.

L'horreur
Un thème à part pour moi, ça inclut toutes les histoires de vampires, de garous...

Et si le coeur vous en dit on pourra aller jusqu'à définir :

Le conte de fée
Mais rien que si ça vous dit bien sur ;)

Voila, à vous de bosser un peu maintenant, pour chaque thème on fera une complilation de ce qui revient le plus souvent pour en faire notre définition.

Atorgael
IP archivée

Rendar

  • Modérateur Global
  • Plume experte
  • ******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2275
  • Maître des Knights of Justice
    • Rendar
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #1 le: 28 Septembre 2006 à 12:46:35 »

Hoplaaaaaaaaaaaaaa, j'm'y colle !!!

La science fiction

La science fiction est, pour moi, caractérisée par une évolution de l'humanité et des techniques scientifiques... Cela peut être dans un futur proche, lointain ou carrément dans un autre univers...

La Fantasy

La fantasy c'est l'irruption dans le réel de quelque chose de surnaturel, d'irrationnel ou de merveilleux.

Dès lors, les histoires de Loup Garou et vampires rentrent pour moi dans cette catégorie...

Rajoutons, dans le même domaine, l'Héroic fantasy qui est un monde imaginé mais ou l'on retrouve la même constante d'insertion dans un monde de quelque chose du domaine du fantastique

L'horreur

Se dit d'un genre destiné à faire peur... C'est tout...

Le conte de fée

Le conte de fée se rapproche fort de la fantasy mais présente deux différences majeures :

Une fin moralisatrice
Des protagoniste moins trash qu'en fantasy

Voila, en espérant avoir fais avancer le shmilblick

++ Rendar ++
IP archivée

lord Gore-Man

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 84
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #2 le: 28 Septembre 2006 à 13:55:17 »

Faut faire attention entre le fantastique et le fantasy qui sont deux choses différentes les enfants:

Fantasy est l'invention d'un univers médiéval spécial etc. (comme seigneur des anneaux, warhammer battle etc.) alors que Fantastique est l'insertion d'éléments irréels dans NOTRE monde à nous, par exemple chroniques de Narnia ou bien Harry Potter.

 :wink:
IP archivée
L'immortalité fait perdre l'étincelle de la vie qui nous en fait profiter car on sait qu'elle est courte."

Alexeï Septimus

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #3 le: 28 Septembre 2006 à 14:54:24 »

Petite nuance, le fantastique englobe tout le reste en fait. Ecrire du fantastique peut tout a fait vouloir dire écrire de la fantasy ou de la SF.

C'est aussi pour ça que je n'ai pas demandé de définition du fantastique, c'est la somme des autres définitions.

"20.000 lieux sous les mers" est du fantastique aussi bien que le "Seigneur des anneaux", "Dune" ou "la chute de la maison Usher".
IP archivée

lord Gore-Man

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 84
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #4 le: 29 Septembre 2006 à 04:03:17 »

Citer
"20.000 lieux sous les mers" est du fantastique aussi bien que le "Seigneur des anneaux", "Dune" ou "la chute de la maison Usher".


seigneur des anneaux n'est pas du fantastique, c'est l'inverse, fantasy regroupe fantastique. Le fantastique est notre monde modifié par un autre univers. Par exemple, Dune est totalement à part donc n,a rien à voir avec la terre(même si des centaines de milleirs d'années plus tôt, les humains vivaient sur terre) et qui plus est, il n'y a rien de magique ou quoique ce soit, c'est simplement une vision surdéveloppée de la biologie et du contrôle du corps humain.
IP archivée
L'immortalité fait perdre l'étincelle de la vie qui nous en fait profiter car on sait qu'elle est courte."

Alexeï Septimus

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #5 le: 29 Septembre 2006 à 10:25:18 »

Ta confusion vient du fait que le terme Fantasy n'a pas été traduit en français mais utilisé tel quel.

Le fantastique englobe bien tous les autres termes : fantasy, SF, horreur, contes de fées et tout ce qui n'entre pas dans ces catégories.

Un texte de fantasy est un texte ou la magie intervient dans le monde, qu'il soit contemporain, passé, futur ou imaginaire, décrit par l'auteur.
IP archivée

Weerk

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 53
[DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #6 le: 04 Octobre 2006 à 22:38:09 »

Ma petite contribution partiale.

Concernant le fantastique, je dirai qu'il s'agit d'un genre littéraire à part entière. Je définirai le fantastique par: un monde réel, le notre, dans lequel arrive une chose inexplicable ou inexpliquée. Je citerai en exemple Poe avec son portrait  ou encore Maupassant avec sa vénus.

La SF: histoire intégrant des avancées (ou retards) technologiques et/ou psychiques, le tout dans n'importe quel type d'univers.

La fantasy: utilisation faite des comtes et légendes dans des univers généralement médiévaux. Dualité du bien et du mal omniprésente.

L'horreur: HP Lofcraft.

Contede fée: mise en image moralisatrice d'une dualité bien-mal généralement destinée aux enfants. Maintenant, si on parle de psychanalise, il y a beaucoup à dire mais quelqu'un s'en est déjà chargé...
IP archivée

anskar

  • Plume timide
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 13
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #7 le: 02 Juillet 2007 à 12:11:57 »

SF  Un récit qui se déroule et décrit le monde (ou un contexte plus vaste/plus réduit) dans l'avenir. ce monde peut avoir évoluer de n'importe quelle maniere mais doit etre différent de celui que nous connaissons.

Fantasy Un récit se déroulant dans un univers imaginé par l'auteur

Horreur qui doit faire peur (désolé ca a déja été dit mais je vois rien d'autre)

Conte de fée conte (comme son nom l'indique ) se déroulant dans un univers souvent médiévale, ou une histoire d'amour commence et se finit bien (avec une morale à la fin). Ce genre est associé à une vision manichéenne du monde.
Mais par extension un conte de fée désigne toute récit traitant d'une histoire d'amour idylique et iréaliste, dans ce cas, cette appelation est donnée avec ironie.
« Modifié: 02 Juillet 2007 à 22:03:18 par Atorgael »
IP archivée

Skritt

  • Plume confirmée
  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 347
    • Skritt Project
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #8 le: 27 Février 2008 à 20:58:59 »

Bon, je vais essayer d'amener ma contribution...

SF - C'est un roman qui se déroule dans une période définie qui inclut des avancées technologiques par rapport à notre civilisation actuelle ou de la période donnée. La SF peut être aussi une extrapolation de notre vision du futur.

Fantasy - C'est un univers médiéval dans le lequel on a inclut la magie.

Horreur - HP Lovecraft pour l'horreur, je crois que c'est la meilleure définition. Attention, Horreur ne veut pas dire Gore.

Conte de fées - C'est un univers Fantasy avec une différence importante... Les gentils gagnent toujours...

Voilà
IP archivée
Skritt Project

Le Rat est mort, vive le Rat.

HellspawN

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 74
  • Omniprédateur
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #9 le: 02 Mai 2008 à 02:54:27 »

Ta confusion vient du fait que le terme Fantasy n'a pas été traduit en français mais utilisé tel quel.

Le fantastique englobe bien tous les autres termes : fantasy, SF, horreur, contes de fées et tout ce qui n'entre pas dans ces catégories.

Un texte de fantasy est un texte ou la magie intervient dans le monde, qu'il soit contemporain, passé, futur ou imaginaire, décrit par l'auteur.

Le fantastique ne comprend pas les récit se déroulant dans un monde où la magie, l'irrationnel, le fantastique est une chose jugée naturelle et logique.

- Le conte de fée n'est pas du fantastique mais du merveilleux car la présence de fées ou de chats qui parlent y est normale dès la première ligne.
- La SF n'a rien de fantastique à moins que l'on n'y introduise des indices de fantastique (un fantôme...) dans un monde futuriste cohérent.
- L'horreur peut être fantastique si de l'irrationnel fait irruption dans un monde régi par une logique ne l'incluant pas mais peut être proprement réaliste car un roman comme Cujo, de King, est bien à classer dans "horreur" mais ne parle que d'un clébard qui pète une case!
- La fantasy, elle,"un terme déroutant car les territoires de la fantasy sont aussi vastes et changeants que le royaume de Faerie des anciens contes. La fantasy couvre un large champs de la littérature classique et contemporaine, celle qui contient des éléments magiques, fabuleux ou surréalistes, depuis les romans situés dans des mondes imaginaires, avec des racines dans les contes populaires et la mythologie, jusqu'aux histoires contemporaines de réalisme magique où les éléments de fantasy sont utilisés comme des mécanismes métaphoriques pour illuminer le monde que nous connaissons." ~ Terri Windling, préface de The Year's Fantasy and Horror, 1998, repris par André-François Ruaud dans Bifrost n°24

Allez, puisque vous séchez sur la fantasy, la vérité parle par la bouche de Elbakin:

Citer
    Heroic fantasy, encore appelé Sword and sorcery :

L'heroic fantasy, avant tout, met en scène un héros, de toute extraction sociale possible exceptées les plus hautes strates de la société. L'intrigue se focalise autour de lui. L'heroic fantasy a pour cadre un monde secondaire, totalement séparé du nôtre (au mieux, il lui est parallèle comme dans le multivers de Michael Moorcock), que ce soient des contrées mythiques comme l'Atlantide ou un monde propre à l'auteur, mais toujours un univers très fortement inspiré du Moyen-Âge européen. Le héros - qui ne semble guère vieillir - ne se repose que sur son force physique et son courage pour mener à bien ses aventures qui le voient affronter sorciers, dragons,... maléfiques qui, à la différence du héros, tirent leur puissance de forces surnaturelles. On peut voir l'heroic fantasy avec ces personnages au caractère bien trempé, bravaches, ou parfois rusés, comme l'héritière des romans de cape et d'épée. L'heroic fantasy propose ainsi des romans d'aventure qui n'a d'autre but que de divertir son lecteur.
Le terme d'heroic fantasy a été forgé par L Sprague de Camp pour qualifier l'oeuvre de R.E. Howard ; Fritz Leiber avait, quant à lui, inventé l'expression Sword and Sorcery qui est devenu peu à peu synonyme d'heroic fantasy (dans l'acceptation étroite qui est faite ici ; mais certaines personnes, de la vieillle garde, utilisent le terme d'heroic fantasy pour désigner ce que nous désignons par fantasy). Les premiers récits relevant de l'heroic fantasy parurent dans les années trente dans les pulps (magazines américains imprimés sur du mauvais papier, qui publiaient du fantastique, de l'heroic fantasy, de la science-fiction... avant la Deuxième Guerre et l'avènement du livre de poche). On peut citer ainsi : The Worm Ourouboros de E.R. Eddison, Cycle de Barsoom de E.R. Burroughs, Conan de R.E. Howard, Cycle des Epées de Fritz Leiber et Jiriel de Joiry, oeuvre ayant pour personnage principal une guerrière éponyme, la première du genre, que l'on doit à C.L. Moore.
Après guerre le genre connaîtra certaines évolutions comme avec Michael Moorcock dont Elric, anti-héros, est l'image complètement renversée du héros d'heroic fantasy tel qu'il était jusqu'alors : faible physiquement, albinos, nécromant...
L'humour devient plus présent, et les héros qui jusque-là ne comptaient que sur leur propre vaillance, apprennent à s'entraider et à faire des compromis. Après les cycles de high fantasy c'est l'un des genres les plus populaires aujourd'hui de la fantasy, Conan et ses compagnons ayant été tirés de l'oubli lors du succès du Seigneur des Anneaux dans les années soixante, d'une manière qui n'a pas toujours été au bénéfice de l'heroic fantasy. On pensera à certains navets cinématographiques...

Exemples :
-> Livres : Conan de R.E. Howard, Le Cycle d'Elric de Michael Moorcock, Le Cycle des Epées de Fritz Leiber...
-> BD : La Geste des Chevaliers-Dragons d'Ange et Varanda, Légendes des Contrées Oubliées de Ségur et Chevalier...
-> Films : Conan de John Milius...

    High fantasy :

L'histoire, en high fantasy, est traitée avec un certain manichéisme dans sa représentation de la lutte du Bien contre le Mal, ce dernier finissant toujours par être vaincu, aussi puissant qu'il puisse paraître au début (et ce après pas mal de tomes reprocheront certains...). Une prophétie peut servir assez souvent de mécanisme narratif. Le canevas classique est la quête initiatique du jeune garçon promis à un grand destin - ou dont l'ascendance prestigieuse sera révélée -, que se voit entouré par un groupe d'aventuriers qualifiés (le vieux sorcier bien sympathique, le rusé de la troupe, etc). Ici plus qu'ailleurs peut-être on affectionne les longs cycles ce qui permet les mondes secondaires amoureusement dépeints par leurs auteurs - avec force cartes et arbres généalogiques au besoin - où l'on croise des civilisations non-humaines (elfes, naines, etc.), le développement psychologique, le recours à un grand nombre de personnages et d'intrigues secondaires. L'histoire se place le plus souvent au niveau des dynasties régnantes - dont le jeune héros fait le plus souvent parti en fin de compte, ou, en tous cas, évoluant au sein de cet univers; les mariages dynastiques sont l'occasion de sceller des amitiés et/ou régler certains problèmes. L'atmosphère est plus féerique que ce n'est le cas pour l'heroic fantasy qui se concentre, quant à elle, sur les scènes de combat (mais place est laissée aux scènes de bataille bien sûr en high fantasy).
Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, à défaut d'être peut-être l'oeuvre fondatrice de ce courant, est en tout cas la référence en la matière (il est amusant de remarquer que cette oeuvre se démarque quelque peu de la définition de la high fantasy de par une "anti-quête" et l'ambivalence des personnages), et nombreux sont ceux qui en fantasy aujourd'hui se réclament de Tolkien. Katherine Kurtz, avec ses intrigues politiques, dynastiques, a oeuvré aussi à l'établissement de ce courant mais certains font remonter la high fantasy à Lord Dunsany . Aujourd'hui la high fantasy constitue une part majeur de ce qui se fait en fantasy, proposant de nombreux cycles (plutôt longs) dont le succès commercial ne se dément pas. D'où la dénomination de BCF - big commercial fantasy - que l'on doit au magazine Locus pour désigner ce sous-genre.

Exemples :
-> Livres : Le Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, Terremer d'Ursula Le Guin, Belgariade et la Mallorée de David et Leigh Eddings, La Roue du Temps de Robert Jordan, Les Chroniques de Krondor de R.E. Feist, Le Trône de Fer de George R.R. Martin, Les Arcanes des Epées de Tad Williams, La Tapisserie de Fionavar de Guy Gavriel Kay...
-> BD : Le Grand Pouvoir du Chninkel de Rosinsky et Van Hamme, La Quête de l'Oiseau du Temps de Loisel et Letendre...
-> Films : Willow de Ron Howard...

      
    Fantasy mythique :

Plus merveilleuse, plus proche du conte de fée et de la légende que les précédentes. Ce qui compte le plus, c'est sans doute moins l'intrigue ou les personnages que l'atmosphère, le monde de merveilleux, de légendaire qui y règne et berce le lecteur. On pourrait qualifier cette fantasy de contemplative. Ici se rencontrent souvent des variations modernes sur des contes, des légendes anciennes dont les auteurs ne gardent parfois que le ton, forgeant alors de nouveaux contes.

Exemples :
-> Livres : La Forêt des Mythagos de Robert Holdstock, Little Big de John Crowley, La Fille du Roi des Elfes de Lord Dunsany, Stardust de Neil Gaiman...
-> Films : Legend de Ridley Scott, Dark Crystal de Jim Henson...


    Fantasy burlesque (ou light fantasy) :

Ayant recours à des procédés comme la parodie, par son ton léger et bien souvent humoristique, la fantasy burlesque n'hésite pas à secouer les canons de la fantasy, s'en prenant particulièrement à l'heroic fantasy. De la fantasy distrayante par excellence.

Exemples :
-> Livres : Les Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett, Lyonesse de Jack Vance, Les Livres magiques de Xanth de Piers Anthony...
-> BD : Lanfeust de Troy de Tarquin et Arleston, Les Chants d'Excalibur de Hubsch et Arleston..
-> Films : Sacré Graal de Terry Gilliam, Princess Bride de Rob Reiner...


    Dark fantasy :

Il s'agit là d'une fantasy pessimiste, voire désabusée. Les rôles sont inversés par rapport à la high ou l'heroic fantasy ; c'est le Mal qui prend le dessus sur le Bien. La dark fantasy est une fantasy qui inclut des éléments d'horreur mais ça n'en devient pas pour autant de l'horreur. L'un des plus anciens auteurs de ce genre est Clark Ashton Smith qui faisait partie du cercle de Lovecraft, et a donc subit son influence pour les univers baroques et cauchemardesques.

Exemples :
-> Livres : La Tour Sombre de Stephen King, Thomas Covenant de Stephen Donaldson, Faerie de R.E. Feist, Zothique de C.A. Smith...
-> BD : Les Chroniques de la Lune Noire de Froideval et Ledroit, puis Pontel...


    Réalisme magique :

Ce courant désigne d'abord un mouvement littéraire apparu en Amérique du Sud au cours du 20ème siècle - mais en fait la littérature fantastique sud-américaine, que l'on appelle réalisme magique, ne relève pas toujours, loin de là, de la fantasy; le fantastique le plus pur, horrifiant, y est bien présent. En réalisme magique, la magie est nettement plus subtile que dans les précédents cas de fantasy, l'auteur porte alors un regard émerveillé sur le monde qui l'entoure, univers où s'entremêlent, fusionnent monde réel et monde imaginaire. L'oeuvre, en réalisme magique, se concentre souvent moins sur un personnage en particulier que sur une contrée, un pays, qui, bien que parfaitement ancré dans la réalité - parfois la plus crue - voit le merveilleux opérer. Le réalisme magique est particulièrement présent dans les pays qui ont acquis leur indépendance au milieu du 20ème siècle, jusque-là sous la tutelle des puissances européennes (aussi bien dans le domaine politique qu'intellectuel) : Inde, Afrique noire... où modernité et tradition se mêlent. Le réalisme magique constitue ainsi souvent une littérature engagée, portant un regard critique sur la condition humaine et la société.

Le réalisme magique " est fondé sur une représentation à la fois subjective et objective du monde, une représentation dans laquelle la fantaisie et la réalité ne s'opposent pas mais, au contraire, composent un tout indissociable " (Julio Cortazar, écrivain argentin, 1914-1984)

Exemples :
-> Livres : Cents Ans de Solitude de Gabriel Garcia Marquez, Les Enfants de Minuit de Salman Rushdie, Le Djinn dans l'Oeil-de-Rossignol (dans le recueil du même nom) de A.S. Byatt, En attendant le vote des bêtes sauvages d'Ahmadou Kourouma...

    Fantasy urbaine :

A pour cadre notre univers moderne où les êtres féeriques n'existent pas seulement dans les histoires que l'on lit aux enfants. Mais là où le fantastique crée la peur, la fantasy urbaine nous plonge doucement dans le merveilleux... L'auteur dévoile ainsi souvent un autre monde où se sont réfugiés les créatures féeriques et parfois les exclus de nos sociétés modernes.
On devrait plutôt l'appeler fantasy contemporaine - mais "fantasy urbaine" est semble-t-il l'expression consacrée - car bien que le ville soit le cadre privilégié de l'action, elle n'en est pas toujours l'unique. La fantasy urbaine subit progressivement l'influence du réalisme magique, qui lui apporte problématique et réflexion sur la société en divers domaines.

Exemples :
-> Livres : Neverwhere de Neil Gaiman, Cycle autour de Newford City de Charles De Lint...
-> Mangas : Kamikaze de Satoshi Sichi...
-> Films : Highlander de Russel Mulcahy...

      
    Science fantasy :

Étiquette utilisée avec plus ou moins de justesse par les éditeurs. Et pour cause : il n'est pas toujours aisé de la distinguer de la science-fiction, si ce n'est qu'elle a recours au merveilleux et pas seulement à la technologie qui est parfois réduite à la portion congrue. On y rencontre la plupart du temps des cycles planétaires mettant en scène des migrants humains débarqués sur une planète puis étant retournés à une époque médiévale.

Exemples :
-> Livres : Les Ballades de Pern d'Anne MacCaffrey, Le Cycle de Majipoor de Robert Silverberg, Dying Earth de Jack Vance...


    Fantasy animalière :


La fantasy animalière, comme son nom l'indique, a pour héros des animaux anthropomorphes. Ces animaux "savants" sont issus de différentes espèces, vivant en bonne harmonie ou s'affrontant. Il y a focalisation interne : on adopte le point de vue des animaux. Contrairement à la fable, ils ne sont pas - de manière évidente ou insistante quand c'est la cas - des parodies des hommes. Mais l'allégorie est souvent présente.

Exemples :
-> Livres : Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame, Le Bois Duncton de W. Horwood, Rougemuraille de Brian Jacques (dont il a été tiré une série), Watership Down de Richard Adams...
-> BD : De Capes et de Crocs, d'Ayrolles et Masbou.


    Fantasy historique ou uchronie :

Cela peut aller d'une Histoire inaltérée, mais où oeuvrent dans l'ombre des sociétés secrètes, où ont lieu des conspirations à grande échelle, à une Histoire alternative, où le cours de l'Histoire a été complètement changé à un temps donné, où le merveilleux, la magie existe au vu et au su de tous. Les périodes de prédilections sont l'Antiquité gréco-romaine, le Moyen-Âge européen ou chinois (les " chinoiseries "), la Renaissance, la fin du XIXe siècle... Concernant cette dernière époque, on remarquera le cas où se rencontrent fantasy et steampunk dans un univers typiquement victorien.

Exemples :
-> Livres : Alvin le Faiseur d'Orson Scott Card, The Iron's Daughter de Michael Swanwick (steampunk-fantasy), Ptah Hotep de Charles Duits (l'Empire romain n'est jamais tombé et est perpétuellemenr décadent)...

    Ghost story :

Une histoire de fantôme comme son nom l'indique, mais un fantôme à la personnalité bien définie - et pas seulement là pour épouvanter les passants - tient un rôle majeur dans l'intrigue.

Exemples :
-> Livres : Tamsin de Peter S. Beagle...


On pourrait encore évoquer d'autres distinctions. On se contentera de celles-ci pour le moment...
IP archivée

Panzermarduk

  • Plume timide
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 35
  • Do what must be done-Do Not Hesitate-Show no Mercy
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #10 le: 10 Mars 2010 à 22:20:20 »

Pour répondre au sujet, je dirais que mes lectures SF/fantasy ne sont certes peut-être pas du même acabit que du Zola ou du Balzac, mais au moins moins elles ont le mérite de me distraire, de me faire passer de bons moments et de me faire voyager dans des mondes fantastiques et/ou magique, bien loin de la fatalité oppressante de notre monde.....

Panzer / Guillaume
IP archivée
"The dark side of the Force is a pathway to many abilities some consider to be…unnatural."

Metatron

  • Modérateur Global
  • Plume experte
  • ******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 1214
    • Au croisement de tous les plans, de toutes les dimensions, on trouve Conflux...
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #11 le: 11 Mars 2010 à 12:05:19 »


La science fiction
Pour moi, Science Fiction rime forcément avec futur, que ce soit une ère spaciale, du post apocalyptique ou une regression de l'espèce humaine à l'époque médiévale ou autre (ex : pour moi, Chronique de Ténébreuse ou Valentin de Majipoor sont de la SF)

La Fantasy
le terme fantasy est plutot caricatural et je l'associe à des histoires d'elfes, dragons et nain ou leur équivalent (Eldar, squat, ...), avec moult cliché (mais sans forcement que ce soit désagréable à lire)
A mon sens, la fantasy actuelle ne peut se prendre complètement au sérieux et même les aspects dramatiques sont une caricature de drame (fin du monde, victoire définitive du mal sur le bien...)
C'est aussi ce coté pas sérieux qui fait que Conflux a vu le jour ! Tordre ces clichés ou les pousser à leur extrême pour aller à fond dans la caricature.
Par contre, je pense qu'il s'agit d'un sous genre du Fantastique

L'horreur
Difficile à qualifer.
Pour moi, j'associe l'horreur aux auteurs américains, Stephen King, Graham Masterton, Lovecraft... + les récits gothiques sur les créatures de la nuit (vampire, loups garous...)

Fred

  • Plume confirmée
  • ****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 267
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #12 le: 30 Mars 2011 à 00:20:09 »

Je tente à mon tours :


La science fiction : ce qui traite d'univers futuriste et/ou technologiquement et scientifiquement différent de ce que l'on connait et qui n'existe pas encore à notre époque. Exemple : Minority Report, Riddick, Alien, Dune, Cycle de la Fondation et des Robots, Star Wars.
 
La Fantasy : idem que la SF, mais à une époque passée lointaine , y mêlant du surnaturel, l'archétype du chevallier et de la guerrière, etc...  Exemple : Narnia, Seigneur des Anneaux, Warhammer Battle, Eragorn, Pirate des Caraïbes, Wak Fu.

L'horreur : comme tout le monde : Bouh!  ;D

Le conte de fée : comme ça été dit : une morale à la fin. Avant c'était blanche neige, compte de Grimm, etc... et à présent c'est Shrek, Là Haut, Moi Moche et Méchant.
IP archivée

- Von Luckner -

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 133
  • Prof de Philo
    • The "Power 160"
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #13 le: 30 Mars 2011 à 09:15:17 »

... Atorgael, je pense que Lord Gore-man a raison sur la définition du fantastique.

"se dit d'une oeuvre [...] décrivant l'irruption du surnaturel et de l'irrationnel dans la réalité"

: ca ne vient pas du wikipédia, mais du petit Larousse.. cela dit, les genres et leur arborescence sont assez bien documentés sur le wiki si on veut y voir + clair, même s'il vaut mieux vérifier dans de vrais ouvrages.

Je pense que confondre le "merveilleux" et le "fantastique" serait une erreur, car ce sont 2 genres bien disctincts dans la jungle des catégories littéraires; et par l'Empereur, c'est pire dans la musique electro.

Je posterais + longuement + tard, mais là j suis 1 peu à la bourre.
IP archivée
"On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter" (Kant)
"Les singes sont trop bons pour que l'homme puisse en descendre." (Nietzsche)
Cricket sauve le monde

Pömme

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 179
    • Pomme's Juicy World
Re : Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #14 le: 30 Mars 2011 à 21:36:13 »

La Fantasy : idem que la SF, mais à une époque passée lointaine , y mêlant du surnaturel, l'archétype du chevallier et de la guerrière, etc...  Exemple : Narnia, Seigneur des Anneaux, Warhammer Battle, Eragorn, Pirate des Caraïbes, Wak Fu.
Narnia pour moi est à mi-chemin entre fantastique et fantasy, parce l'histoire principale se déroule dans un monde imaginaire mais elle reste attachée à notre réalité conventionnelle.
Sinon je rejoins Von Lucker et donc lord Gore-Man sur la nécessité de distinguer fantastique et fantasy.

La SF : un univers présentant une bonne dose d'intervention technologique, de nouvelles machines, progrès scientifique, souvent dans le futur mais ça peut aussi l'être dans un présent proche ou aléatoire. Des révolutions y prennent souvent place, quelles soient sociales, philosophiques, apocalyptiques...

La fantasy : une histoire se déroulant dans un univers alternatif avec un monde crée de toute pièce et dont l'existence n'est pas remise en question par le lecteur. Il y a souvent un rapport de force bien/mal, bons/méchants, des références au moyen-âge, à des légendes, des petits peuples...

Le fantastique : l'irruption d'éléments surnaturels, de magie dans notre monde réel, qui amène parfois le lecteur à s'interroger sur la possibilité de son existence et qui peut donc le mettre mal à l'aise.

L'horreur : c'est un sous-genre du fantastique, pas un genre à lui tout seul selon moi. Il y est souvent fait appel à du surnaturel ou de l'étrangeté pour provoquer une angoisse, un malaise chez le lecteur.
IP archivée
« Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein

http://pommeslife.blogspot.com

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #15 le: 31 Mars 2011 à 08:54:16 »

Je vais enfoncer le clou en revenant sur cette définition du fantastique :

Alors oui pour l'irruption du surnaturel dans le monde réel.
Les histoires de vampires et de zombies en fait donc partie, tout comme les "Harry Potter" ainsi que tout Lovecraft non ?

Hors Harry Potter fait aussi partie de la Fantasy par l'utilisation de la magie et de créatures fantastiques et imaginaires.
Lovecraft avec ses dieux venu d'ailleurs est assez éloigné d'un Poe (que je classe aussi dans le fantastique d'ailleurs) même si l'ambiance s'en rapproche parfois.
Et le Steampunk, c'est aussi du fantastique.

C'est dans ce sens que je classe le fantastique dans une "super catégorie" qui englobe la SF la Fantasy et autres récits horrifiques.

En fait je place le roman fantastique au niveau du roman historique (englobant toutes les formes plus ou moins romancées), du roman contemporain (ça va du roman sentimental à l'eau de rose au Goncourt en passant par les fresques du terroir), ainsi qu'au même niveau que les romans policiers qui sont aussi une "super catégorie" à part.

Voila le sens que je donne au fantastique, une super catégorie (qui englobe tout ce que les éditeurs sérieux ne publient pas ou peu en fait !).  ;D
IP archivée

- Von Luckner -

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 133
  • Prof de Philo
    • The "Power 160"
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #16 le: 31 Mars 2011 à 10:01:47 »

111 ème post, Pömme, fait un voeu !  ;D

@Atrgael: désolé, mais les genres se définissent davantages par des réf. du passé d'où ils sont nées que par la situation aujourd'hui, d'où ta confusion je pense. Demande au petit Larrousse ou à un loueur de DVD = fantasy n'est pas fantastique, et le fantastique n'est pas un genre fourre-tout.
+  contemporaine est la source (harry potter, Truman Show), toujours moins claires deviennent les définitions.  ;)

Dans l'ordre de mes préférences :

La SF : Tous les fantasmes de la science, du passé jusqu'au présent.
Au 19ème l'apparition de l'électricité a pu faire deviner à Jules Vernes le nucléaire (Nautilus), les missions Appolo, sondes voyager et les progrès fulgurants de l'astronomie (téléscope Hubble) ont téléscopé la guerre froide et les souvenirs brulants de la 2nd guerre mondiale : Star Wars bien sûr avec ses troublants nazis-impériaux made in USA, mais aussi Fondation d'Asimov et le cycle de Dune qui reflètent les avancées de la sociologie, de l'histoire, et les tentatives de comprendre les routes que prend notre histoire, (ah, ca se voit que j'ai fait des études d'histoire) les erreurs qui se répètent, sans oublier les prophètes Bradebury et K. Dick, avec ses excellents-encore-actuels Farenheit 451 et Ubick/maître du Haut chateau.

Mais tout ça c'est (presque) du passé: La SF aujourd'hui pour moi, se tourne vers l'engénisme, l'écologie et internet qui nous ont livré des Aquablue, Avatars et Matrix (Le Nécromancien, tous les romans de cyberpunk) pour n'en citer que quelques uns.

Un genre se détache cependant pour moi dans notre présent-qui-a-du-mal-à-inventer-son-futur : le Steampunk, (ahh, nostalgie)
Retrouvailles touchantes avec Jules Verne et la belle époque avant la 1ère guerre mondiale = très mis en vogue par le japon et le culte du passé en occident (rénovations parisiennes, entre autre, Grand Palais).
- l'incomparable exception Myazaki et les souvenirs d'ateliers de 'Zéros' mitsubishi de son papa en d'incroyables et superbes paysages de guerres volantes, pour n'en citer qu'un parmi mille. (Laputa, éternelle Nausikaa)


La fantasy : Après avoir englouti tous les livres de Tolkien avec fascination et rêvé quelques années sur les dico de langue elfique, j'ai tout laisser dans les cartons. La fantasy ne fait plus parti de mes lectures.. Mystère... (mes études d'histoire? 'chais pas)

Le fantastique :  l'angoisse ! j'ai adoré Maupassant (2ème 1/2 du 19ème, naissance de la psychatrie, du mesmérisme, de l'ésotérie pour boucher le recul général du christianisme et de la foi en occident) puis Lovecraft (mélange de fantastique et d'horreur) c'est un genre ancien qui a la vie dure. Bien qu'envahi par le genre + récent des films/série d'horreur, ils donnent encore de jolis bébés qui font réfléchir sur notre époque et l'augmentation en flèche des cerveaux surchauffés, du stress mondialisé et de la psychose made in USA (voir Farenheit de Michael Moore) où les bunkers anti-nucléaires se construisent autant en Suisse que dans la partie No-life d'internet :
- The Ring, le Sixième sens m'ont marqué, ... oh, en fait là je vais + au cinéma qu'en bibliothèque  ;D

L'Horreur : la folie !! ou aimer retourner la psychée humaine comme une chaussette; ou comme quand on était gamin et qu'on s'amusait à se faire peur par tous les moyens et en imaginant les pires bruits et grimaces : )
Le problème je pense c'est que ce genre pirate les autres, et on les retrouve aussi admirablement dans les aliens-like que dans les romans de Stefen King, les histoires de fantomes modernes et de vampires romantiques de Twilight à Anne Rice = l'horreur appartient-il encore au présent et à la réalité ?



Ma conclusion serait qu'aujourd'hui, à l'ère de la mondialisation et de l'heureux métissage des peuples et des cultures, il faut oublier les tiroirs et les rêves de bibliothécaire: les genres littéraires se mélangent furieusement et nous livrent une richesse jamais égalée, capable de beaucoup dans le fond, même si la forme atteint moins souvent les perfections de nos ancêtres dormant au Panthéon à Paris ; )


 je pense que les auteurs utilisent chaque genre comme un outil, une couleur sur une palette, et nous livre "leur" tableau en s'amusant à brouiller les cartes et faire piquer des crises de nerf au historiens des genres, en jouant sur notre imaginaire comme sur les cordes d'une guitare.
« Modifié: 31 Mars 2011 à 21:51:31 par - Von Luckner - »
IP archivée
"On mesure l'intelligence d'un individu à la quantité d'incertitudes qu'il est capable de supporter" (Kant)
"Les singes sont trop bons pour que l'homme puisse en descendre." (Nietzsche)
Cricket sauve le monde

Pömme

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 179
    • Pomme's Juicy World
Re : Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #17 le: 31 Mars 2011 à 11:01:41 »

Je vais enfoncer le clou en revenant sur cette définition du fantastique :

Alors oui pour l'irruption du surnaturel dans le monde réel.
Les histoires de vampires et de zombies en fait donc partie, tout comme les "Harry Potter" ainsi que tout Lovecraft non ?

Oui les histoires de vampires/zombies font partie du fantastique puisqu'ils appartiennent souvent au sous-genre de l'horreur qui s'y rattache.
Pour Harry Potter, c'est un peu la même chose que Narnia, c'est un mix. Le monde est identique au notre en tous points, mise à part la magie. Il n'y a que ça qui diffère, d'ailleurs ce monde magique est inconnu des Moldus eux-mêmes dans le livre, et le lecteur peut donc douter de la possibilité d'existence d'un pareil monde. S'il fallait le classer vraiment, ça serait de la fantasy urbaine, mais il y a tellement de sous-genre de chaque genre que moi-même j'ai du mal à définir à quoi un texte peut appartenir.
Lovecraft quant à lui est un maître de l'horreur, et donc du fantastique oui.

Citer
Et le Steampunk, c'est aussi du fantastique.
Le steampunk est un sous-genre de la SF parce que les avancées technologiques y sont souvent dominantes mais elle se déroule à l'ère industrielle. C'est donc un passé-futur que le monde réel n'a pas connu, et qui à l'heure actuelle ne connaît toujours pas ses prouesses technologiques.


Citer
En fait je place le roman fantastique au niveau du roman historique (englobant toutes les formes plus ou moins romancées), du roman contemporain (ça va du roman sentimental à l'eau de rose au Goncourt en passant par les fresques du terroir), ainsi qu'au même niveau que les romans policiers qui sont aussi une "super catégorie" à part.
Pourquoi vouloir englober sous l'appellation du fantastique ce qui en fait n'englobe que la littérature au sens large, la littérature blanche ? Un roman policier est un roman policier, un roman historique est un roman historique, un roman SF est un roman SF, et un roman fantastique est un roman fantastique. C'est un genre à part entière même si les frontières de chaque genre font que les classements aujourd'hui sont un poil compliqué. Je pense que Von Luckner en a trouvé la raison :
Citer
+  contemporaine est la source (harry potter, Truman Show), toujours moins claires deviennent les définitions.
  ;)
IP archivée
« Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein

http://pommeslife.blogspot.com

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #18 le: 31 Mars 2011 à 11:31:03 »

Citer
Pourquoi vouloir englober sous l'appellation du fantastique ce qui en fait n'englobe que la littérature au sens large, la littérature blanche ? Un roman policier est un roman policier, un roman historique est un roman historique, un roman SF est un roman SF, et un roman fantastique est un roman fantastique. C'est un genre à part entière même si les frontières de chaque genre font que les classements aujourd'hui sont un poil compliqué.

Justement pour simplifier, est fantastique tout ce qui n'est pas contemporain, policier, ou historique (pour aller vite).

Ça permet ainsi de ne pas faire "peur" à ceux qui ne connaissent pas de genre de littérature et qui la classent souvent en sous-littérature, avec des exceptions pour les grands auteurs qui se sont frottés au genre évidemment mais en permettant de ne pas mettre un Tolkien ou un Howard au même niveau qu'un Maupassant ou qu'un Poe. Faut pas tout mélanger non plus (ironie inside).

Bref faire sortir des fonds de rayonnage glauques ces livres qui méritent un peu plus de considération.

Alors oui vous allez me dire que ça ne vous concerne pas parce que vous en lisez du fantastique, mais regardez autour de vous et commencez à parler de fantastique. A part les Potter et Narnia il n'y a pas grand chose qui en ressortira. Et encore, il faut que ce soit passé sur grand écran pour en parler.

Je conclurai ma position par :

Littérature Fantastique = Littérature de l'imaginaire (dans le sens où le texte à la capacité à sortir de l'ordinaire)
IP archivée

Pömme

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 179
    • Pomme's Juicy World
Re : Re : [DEFINITIONS] comment vous définissez vos lectures
« Réponse #19 le: 31 Mars 2011 à 13:26:03 »

Je conclurai ma position par :

Littérature Fantastique = Littérature de l'imaginaire (dans le sens où le texte à la capacité à sortir de l'ordinaire)
La SF et la Fantasy aussi sont des littératures de l'imaginaire  :P D'ailleurs il y a bien le F de fantastique dans la SFFF, non ? C'est donc bien un genre à part.
Je comprends ce que tu veux dire par simplification parce qu'il est vrai que le "grand public" n'y connait pas forcément grand chose et donc qu'on pourrait classer dans ce genre tout ce qui sort de l'ordinaire on va dire. Mais je revenais surtout sur le fait que tu dises qu'un roman policier est à classer dans le fantastique. Parce que bien sûr il arrive qu'un policier soit fantastique mais tous ne le sont pas forcément, idem pour les romans historiques et à l'eau de rose (d'ailleurs pour moi Twillight c'est du fantastique à l'eau de rose).
Il y a des tas de façons de classifier ça, et même les "experts" ne sont pas forcément d'accord :

Citer
Pour l'écrivain et éditeur André-François Ruaud, la fantasy peut être considérée comme un sous-genre du fantastique :

    « La fantasy est une littérature fantastique incorporant dans son récit un élément d'irrationnel qui n’est pas traité seulement de manière horrifique, présente généralement un aspect mythique et est souvent incarné par l’irruption ou l’utilisation de la magie. »
Citer
À l'inverse, selon la chercheuse Anne Besson, qui s'appuie sur la tradition littéraire française distinguant merveilleux et fantastique[5], la fantasy est une incarnation moderne et un prolongement du genre littéraire du merveilleux  et n'est en aucun cas un sous-genre du fantastique. En effet, ce dernier se définit comme l’intrusion du surnaturel dans un cadre réaliste, autrement dit l’apparition de faits inexpliqués et théoriquement inexplicables dans un contexte connu du lecteur. Dans la fantasy, la magie ne pose pas question et les univers « surnaturels » sont acceptés comme naturels et rationnels par le lecteur[6]. Le roman de fantasy serait alors une sorte de conte merveilleux.
IP archivée
« Le monde est dangereux à vivre non à cause de ceux qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein

http://pommeslife.blogspot.com
Pages: [1] 2   En haut