Les forums du Sanctum

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  
Pages: [1]   En bas

Auteur Sujet: [Ex#01-03]  (Lu 1511 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Baal-Moloch

  • Modérateur Global
  • Plume aguerrie
  • *****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 681
  • Prophétérion
    • Baal-Moloch
[Ex#01-03]
« le: 07 Octobre 2007 à 17:17:36 »

j'ai repris le même principe que le 1er exercice du genre.

Indifférence

Tout n’était plus que ruines fumantes. La horde barbare était loin à présent et, comme à son habitude, elle n’avait laissé personne en vie. Samkha Lephyod, en bon charognard qu’il était, restait constamment dans son sillage de mort. Avec méthodologie, il détroussa une à une les dépouilles, en quête de quelque objet de valeur. Peuh ! Que lui importait la morale ou l’horreur des lieux ? Il ne s’agissait que de survie. Tout en sifflotant nonchalamment, il passa son sac bien rempli par-dessus l’épaule et reprit la route : la horde ne l’attendrait pas.

Mépris

Tout n’était plus que ruines fumantes. L’incendie avait fait rage toute la nuit et le seigneur Samkha Lephyod avait assisté au spectacle depuis son donjon. Monté sur son fier destrier, il inspectait avec morgue les restes du bourg et dès son arrivée, les serfs s’étaient jetés sur son chemin pour implorer son aide. Que diable voulaient-ils ? Un abri, du pain. Cette racaille n’aurait rien. Rien ! Ils ne pouvaient souffrir leur crasse et leur sottise, ils ne leur arrivaient même pas à la cheville. Qu’ils se débrouillent car, après tout, ne dit-on pas "aide-toi, le ciel t’aidera" ?

Ambition

Tout n’était plus que ruines fumantes. Les francs-tireurs de Samkha Lephyod achevaient les blessés ou se payaient du bon temps avec quelques jeunes paysannes. Debout sur la colline surplombant le village ravagé, il contemplait son œuvre. Oh comme il savourait cet instant ! Il s’agissait de la première étape de son grand projet et rien, ni personne, ne pourrait l’arrêter. Lui et ses hommes avaient soif de gloire, de fortune et de pouvoir. Il fit sonner le rassemblement des troupes : cette bourgade maintenant, la capitale ensuite et après, le monde.
IP archivée
Pages: [1]   En haut