Les forums du Sanctum

Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Recherche avancée  
Pages: [1]   En bas

Auteur Sujet: La description  (Lu 800 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Baal-Moloch

  • Modérateur Global
  • Plume aguerrie
  • *****
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 681
  • Prophétérion
    • Baal-Moloch
La description
« le: 16 Mars 2008 à 21:59:21 »

A. Le rôle

Le texte descriptif sert à connaître les lieux et les personnages du récit. On parle de description pour un lieu, de portrait pour un personnage.

Dans un roman, de nombreux éléments nous permettent de dresser le portrait d’un personnage. Il s’agit de ses paroles, mais également de ses gestes, de ses attitudes, des décisions qu’il prend etc.  Comprendre un personnage permet de mieux interpréter l’histoire mais aussi de mieux appréhender les relations qu’il entretient avec les autres personnages.

La description et le portrait marquent des temps d'arrêt dans le récit. Ils permettent souvent de préparer l'action à venir en donnant des indications sur les lieux ou sur le caractère des personnages. Ils peuvent aussi servir à créer une atmosphère, à retarder le récit (suspense), etc.

Toute description découle d’un choix : il ne faut pas perdre de vue dans quelle intention on veut faire la description (faire peur, faire sourire/rire, faire rêver, etc.) Une description ne décrit donc jamais tout !

Une description/un portrait commence souvent lorsqu’un personnage découvre quelqu'un ou quelque chose de nouveau en même temps que le lecteur…


B. L’organisation

Le lieu, l’objet ou le personnage décrit, sont aussi appelés le thème de la description. Les éléments de ce thème qui précisent et détaillent davantage la description sont appelés sous-thèmes.


* Dans la description d’un lieu, le lecteur peut se repérer dans l’espace grâce à des indicateurs spatiaux (ex. : à droite, au fond, plus loin…).

Deux manières d'organiser la description d'un lieu :

- le lieu est évoqué par un observateur qui se déplace et qui décrit la réalité qui l'entoure au fur et à mesure qu'il la découvre. Les notations sont enchaînées par des connecteurs temporels comme “d 'abord”, “puis”, “enfin”, ...
- le lieu est évoqué par un observateur immobile, peut-être placé en hauteur, qui voit l'ensemble du paysage. La description est alors organisée par des connecteurs spatiaux : “au loin”, “à mes pieds”, “à gauche”, “à droite”, ...

 Dans les deux cas, donnez de la cohérence en choisissant de suivre le parcours de découverte (cas 1), ou en adoptant un mouvement lent du regard (cas 2).


La description et le portrait s’organisent le plus souvent du général au particulier c’est-à-dire que l’on commence par donner des indications globales sur le lieu ou le personnage puis l’on donne des indications de plus en plus précises (détails).


* Dans le portrait, le lecteur peut mieux connaître le personnage grâce à son identité (son âge, son sexe,…), son aspect physique, son caractère (portrait moral), son rôle social (son origine sociale, sa profession), ses actions, la manière dont il parle, ce que disent de lui les autres personnages tout au long du récit.

Le portrait, le dialogue, la description du cadre de vie, les pensées… le romancier utilise ces procédés pour faire exister et caractériser des personnages.


C. Utilisez

- des termes précis, voire techniques, quand le sujet s'y prête (détails architecturaux, détails anatomiques ou vestimentaires, par ex.)
- des groupes nominaux enrichis par des adjectifs qualificatifs précis (formes, couleurs, matières...), des compléments de noms, des propositions relatives ; autrement dit : des expansions du nom
- des verbes de perception (“voir”, mais aussi “distinguer”, “apercevoir”, “entendre”, “remarquer”, etc.)
- des compléments circonstanciels
-  des verbes de mouvement pour que, par ex., un décor statique soit dynamisé (ex. : la route creusait un sillon noire dans la plaine monotone)
- occasionnellement l'accumulation pour évoquer un décor, un costume foisonnant ; les termes doivent être très précis dans ce cas. Mais bannir l'expression “il y a”, surtout si elle est suivie d'un GN qui ne comporte pas de nombreuses expansions du nom (GN développé).
- le présent dans un texte utilisant le système temporel du discours, l'imparfait dans un texte utilisant le système temporel du récit.


A retenir : En bref, dresser le portrait d’un personnage, c’est donner des indications de 3 ordres différents : Identité, physique et psychologie (caractère)


sources :
> http://lettres-histoire.ac-rouen.fr/francais/activites/Momie/SEANCE4/PROGES4.htm
> http://fzpc.club.fr/Go/Synth_Ecrit/Redaction.htm#Descr
IP archivée

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
Re : La description
« Réponse #1 le: 17 Mars 2008 à 16:24:12 »

Citation de: Baal-Moloch
Une description/un portrait commence souvent lorsqu’un personnage découvre quelqu'un ou quelque chose de nouveau en même temps que le lecteur…

Juste pour nuancer, une description ne peut avoir de valeur que si le narrateur à une bonne raison de faire cette description.

Imaginons que votre personnage entre dans son restaurant habituel, là où il prend tous ses repas depuis 10 ans, il n'y a aucune raison, s'il est le narrateur de l'histoire, qu'il décrive tous les éléments de décoration, les couleurs de tables et chaises, ni même le menu.
par contre, faites le accompagner par un personnage qui ne connait pas le lieu et si ce dernier devient le narrateur, il y a toutes les raison pour que son regard soit attiré par des détails incongrus, spécifiques du resto.

Exemple : le narrateur entre dans son resto habituel :

Citer
Sam entra dans sa gargote favorite, il se dirigea directement au fond de la salle. Au passage il lança son habituel :
" Salut Joe, ta bouillie du jour et de quoi la faire passer !
- C'est déjà à ta table Sam, ça va aujourd'hui ?
- Impec mon pote. "

Maintenant le narrateur accompagne Sam dans son resto habituel :

Citer
Sam entra dans ce qu'il est courant d'appeler une gargote, c'est comme ça qu'il me l'a présenté en m'invitant. En l'occurrence c'est "Chez Joe".

Il me désigna notre table au fond de la salle où j'allais m'assoir.
Sam passa commande et en profita pour tailler une bavette au propriétaire des lieux. Le dénommé Joe était un petit homme au visage trempé de sueur et aux mains bouffies.
Son établissement était comme la plupart des resto de cette partie du pays, les chaises avaient dû voir passer un paquet de postérieurs et les tables recevoir des tonnes de victuailles.
Sam discutait toujours avec Joe quand une blonde nous apporta notre déjeuner...

Et encore je ne me suis pas appesanti sur les descriptions, c'est juste pour montrer la différence.

Attention à qui dit quoi et pourquoi.
IP archivée

ezarchiel

  • Plume timide
  • **
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 13
  • Empereur du Motorball
Re : La description
« Réponse #2 le: 17 Mars 2008 à 21:49:43 »

D'ailleurs (histoire de me rafraichir la mémoire) par quoi commence-t-on une description physique ? Son allure, son visage ou bien l'impression qu'il donne ? Ou alors on part du bas pour arriver au haut ? Il y a-t-il une méthode particulière ?
Je me souviens avoir fait la description au collège, mais ça remonte à pas mal de temps maintenant ^^.

Merci d'avance.

Ezar
IP archivée
"Appeler un chien un oiseau ne le fera pas voler"

Atorgael

  • Administrateur
  • Plume de Maître
  • *******
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 3617
  • Administrateur
    • Le Sanctum
Re : La description
« Réponse #3 le: 17 Mars 2008 à 21:57:00 »

Encore une fois je serai tenté de répondre : "Ça dépend du narrateur."

Encore un exemple :

Tu dois décrire une fille superbe, un vrai canon.
- Si ton narrateur est un homme il va sans doute nous décrire cette fille selon ses critères de goût et de préférence, p-e nous en ferra-t-il une description de bas en haut en commençant par ses longues jambes, ses formes aguichante, sa poitrine opulente et son visage angélique...

- Si ton narrateur est une femme, elle parlera plus facilement de la marque des chaussures, de la couleur de la robe, du n° de la teinte que cette fille utilise, voire du nom du salon de coiffure qui lui a fait ça.

Tout dépend de ce dont ton récit à besoin.
Le mieux est encore de prendre exemple sur ces propres réactions et de voir si son narrateur en ferait autant et pourquoi.
IP archivée

HellspawN

  • Plume discrète
  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 74
  • Omniprédateur
Re : Re : La description
« Réponse #4 le: 02 Mai 2008 à 02:14:52 »

Citation de: Baal-Moloch
Une description/un portrait commence souvent lorsqu’un personnage découvre quelqu'un ou quelque chose de nouveau en même temps que le lecteur…

Juste pour nuancer, une description ne peut avoir de valeur que si le narrateur à une bonne raison de faire cette description.

Imaginons que votre personnage entre dans son restaurant habituel, là où il prend tous ses repas depuis 10 ans, il n'y a aucune raison, s'il est le narrateur de l'histoire, qu'il décrive tous les éléments de décoration, les couleurs de tables et chaises, ni même le menu.
par contre, faites le accompagner par un personnage qui ne connait pas le lieu et si ce dernier devient le narrateur, il y a toutes les raison pour que son regard soit attiré par des détails incongrus, spécifiques du resto.

Pas vraiment d'accord... dans le cadre de certains récits, il est vital de décrire les lieux fréquentés quotidiennement par le personnage lorsque le narrateur, bien que potentiellement omniscient, n'a pas envie de faire dans la description rétrospective de la vie de sa "créature"... la description des lieux où il se sent à sa place fait partie intégrale d'une forme de description psychologique plus fine et souvent moins directrice que le plat et chiant étalage des "100 choses à savoir sur le personnage".
Mais ce n'est que mon avis.
De manière générale, de toutes façons, si vous ne voulez pas avoir de textes convenus et chiants comme la mort, ne vous limitez pas avec des règles absurdes du genre "une description, ça commence comme ça...".
La forme doit être rigide: l'orthographe, la mise en page... mais pas le contenu! Innovez.
L'art ne progresse pas si l'on ne fait que marcher sur les pas des anciens. N'hésitez pas: marchez sur leurs pas, courez, rattrapez les anciens, bourrez-leur les reins à coups de poings, couchez-les au sol, piétinez-les et dépassez-les pour faire encore meilleur. Certes, dans l'immense majorité des cas, ils seront impossibles à rattraper ou ils vous auront entendu venir et ne se laisseront pas fouler au pied, vous serez alors face à vos modèles, pitoyable, comme un con et serez obligé d'avouer que vous ne faites pas le poids mais sans cette prise de risque, sans l'envie de foutre une raclée à nos maîtres, l'art devient à mon sens vain car stagnant.
On ne voit plus loin que nos ancêtres que parce que l'on est juchés sur leurs épaules, nous dit le sage... donc, certes, apprenez de vos prédécesseurs, choisissez les techniques qui vous conviennent parmi celles qu'ils ont déjà fourbies mais innovez et créez les vôtres propres, jetez au feu celles des anciens qui vous encombrent et n'hésitez jamais à sembler irrévérencieux envers les règles ou inclassable.
Voilà.
Merci et bonsoir!  :D
« Modifié: 02 Mai 2008 à 02:17:06 par HellspawN »
IP archivée
Pages: [1]   En haut